Morganebib

lectures

 

Denis Lehane et Gabrielle Piquet 30 avril, 2010

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 16:20

Denis Lehane et Gabrielle Piquet dennis_lehane        arton255-46673

Dennis Lehanne, naturel, a sûrement vu le paparazzi au dernier moment.

Gabrielle Piquet, elle, maîtrise son image.

 Je n’ai pas été au bout de La Peine du menuisier de Marie Le Gall. J’ai trouvé l’écriture lente et les sentiments exagérés, et du coup, pas très en phase avec les personnages silencieux. Ca manquait de retenue et c’était agaçant.

J’ai lu la bande dessinée adaptée de Shutter Island de Denis Lehane. A vrai dire, j’avais le choix entre le livre, le film, la bande dessinée, le jeu vidéo, le jeu de plateau et la version « pour les nuls » et j’ai donc choisi la BD puisque c’est la version qui m’est quasimment tombée du ciel (enfin du bac à BD), qui ne coûte pas 8€ et qui se lit en une pause déjeuner. Une ambiance fuligineuse, inquiétante comme un rêve bizarre.

Et pour rester dans la BD : Les Enfants de l’envie de Gabrielle Piquet qui me fait découvrir un aspect inconnu de ma ville d’adoption. Décidémment, j’en apprendrais tous les jours. Gabrielle Piquet avait aussi participé à Trois fois un, 3 histoires dessinées dont j’ai déjà parlé il y a, pfiou, très longtemps. J’aime beaucoup le trait généreux et les personnages tout en rondeurs, qui ressemblent à des bulles. Pas mal de légèreté dans un dessin en noir et blanc.

Sinon, pour l’anecdote, ça fait drôle de lire une biographie de Diderot, et, quelques semaines après, sortir l’originale de l’Encyclopédie de la galerie de conservation et l’exposer dans une vitrine. Oui, ça fait tout drôle …

 

 

Diderot, Brest, etc 20 avril, 2010

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 16:06

Diderot, Brest, etc diderot      Gare_brest_640x380

Diderot et la gare de Brest : ne cherchez pas, aucun rapport. 

Je lis, je lis …

Mais je n’écris pas.

Je n’ai pas toujours des choses intéressantes à dire sur mes lectures, mais elles me marquent quand même.

La biographie de Diderot (de Sophie Chauveau) est très attachante. L’auteur y fait revivre toute une époque fondamentale pour la pensée occidentale contemporaine, l’histoire, la philosophie et la littérature, par le biais d’une biographie très humaine d’un génie moderne. Il y est question d’amitié, de rivalités, de censure, d’imprimeurs … Une petite critique ? Le rythme des phrases est parfois bancale. Je sais c’est dérisoire, mais bon, je m’oblige à ne pas faire de concession. Pour info, la bibliothèque de la ville de Langres (qui est la ville natale de Diderot) reçoit Sophie Chauveau le 30 avril. Souhaitons leur d’intéressantes discussions et un bon moment …

Je suis en train de lire La Peine du menuisier de Marie Le Gall, qui parle de Brest et de ses environs à travers le regard d’une petite fille. Je n’en suis qu’à la moitié et je partage déjà des souvenirs avec l’héroïne. Une histoire intimiste et intense, qui promet de laisser son empreinte.

dans ma pile, j’ai aussi Homère et Shakespeare en banlieue, l’histoire de cet enseignant qui réussit à introduire de la grande littérature dans des petites têtes du 93. Je ne l’ai pas encore ouvert.

Je lis aussi des livres concernant la psychologie, mon dada du moment. Si vous avez des références autre que les Que sais-je et dico de psychanalyse, je suis preneuse …

 

 
 

Le Monde d'Un Ecrivain |
Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir