Morganebib

lectures

 

Zafon et Badinter 18 mai, 2010

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 16:19

Zafon et Badinter zafon

Carlos Luis Zafon : l’écrivain bling bling à succès et à Rolex

Fini Le rideau de jade de Isaia Iannaccone, avec une fin comme un couperet.

Il m’en reste l’atmosphère troublante de raffinement, de cruauté, de mystères et d’effroi qui régnait à la cour de l’empereur de Chine. Un roman qui, je crois, peut se targuer d’une solide crédibilité historique, puisque l’auteur Isaia Iannaccone est un sinologue réputé (rien à avoir avec les sinus).

Puisque j’ai entamé la pile de livres de poche qui s’est accumulée dans un coin de mon appartement sans même que je m’en rende compte et qui menace maintenant prendre son autonomie, je continue avec le grand succès L’Ombre du vent de Carlos Luis Zafon. J’ai une drôle d’histoire avec ce livre : j’en ai lu des critiques dithyrambiques, puis un article de la très originale revue Books qui a détruit le pied d’estale de Carlos Luis Zafon à coup de pioche en le faisant passer pour un arrogant populiste. Comme je suis très influençable et que j’avais mieux à faire, j’avais mis ce roman de côté. Pour l’instant, j’en ai lu les quelques 150 premières pages et ça me semble plutôt bien. On verra.

j’ai enfin pu récupérer Le Conflit : la mère et la femme de Élisabeth Badinter. J’avais tellement envie de le lire que pour patienter j »en ai lu plein de critiques et de résumés, autant dire que je me suis gâché le plaisir de la surprise. On verra itou.

Per fine, en matière de dada, je suis passée des manuels de psychologie à l’histoire de la Bretagne, alors once again, si vous avez des références originales …

 

 

Italie, Chine, BD et love-litt’ 5 mai, 2010

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 12:50

 

                                                Italie, Chine, BD et love-litt' goolrick

Une petite confession ?

Depuis quelques temps j’essaye de redonner vie à ce blog en changeant de ton et en laissant tomber les contraintes de la formule « résumé-critique ». Bilan : deux articles en deux jours, c’est plutôt bien parti ;-)

 Donc, comme c’est écrit dans l’encart en haut à droite, je suis en train de lire Le Rideau de jade, un livre de poche offert par les éditions … du Livre de Poche (les éditeurs n’en sont pas encore à offrir les livres de leurs concurrents, enfin pas à ma connaissance). C’est une très bonne surprise. C’est encore au 18e siècle, mais loin de Diderot et Voltaire (bien que celui-ci soit mentionné). On est dans l’âge d’or du théâtre italien et … en Chine dans les appartements de l’impératrice. Deux mondes différents, reliés par la Compagnie de Jésus (et là il faut se remémorer ses cours d’histoire pour voir le rapport) (ou lire Le Rideau de jade).

Edit du lendemain : le Nouvel Obs de cette semaine publie un article sur les 400 ans de la mort de Matteo Ricci, premier jésuite admis à la cours de Chine, et personnage du roman de Isaia Innnaccone. Dire que pendant 25 ans j’avais jamais entendu parler de ce type …

La malle aux trésors que représentait le bac à BD pendant ma pause de midi s’est transformé en boîte à déception. Deux one-shots en une heure :  le premier* c’est l’histoire d’un type qui est en fait un ours. La critique de la société du rendement et de l’exploitation du travailleur est peu subtile, lourde comme un cheval mort, dirait l’autre. La deuxième**, c’est un type qui part en vacances avec sa famille et qui se remet en question. Malheureusement ses états d’âme sont un peu obscurs et me laissent de marbre. Mais je reconnais les avoir parcouru un peu vite.

Et pour finir, un roman d’amour***. Trois personnages beaux et riches : une jolie femme, un père et son fils, tous particulièrement obsédés, se lancent des regards brûlants, déchirent leurs chemises et font pousser des gardénias. La jeune femme de la couverture n’a pas l’air d’être née de la dernière pluie et la traditionnelle double-comparaison à Jane Eyre et aux Hauts de hurlevent dans le résumé de l’éditeur ne pouvaient pas induire le lecteur en erreur. Mais pourtant je le JURE DEVANT DIEU je ne savais pas que c’était un roman à l’eau de rose … Mais bon, je ne pouvais quand même pas ne pas le terminer sans savoir une bonne fois pour toute qui couche avec qui et pourquoi les roses anciennes sentent si bon quand le printemps arrive. Cela dit, le nombre de critiques positives m’étonnent. Il est question d’opéra, de tragédie, de rédemption, de philosophie, etc. là où je ne vois qu’un livre où le but ultime de chaque personnage est de s’envoyer en l’air avec la première personne venue, du moment qu’elle sente vaguement le jasmin. Je suis peut-être trop difficile.

                                                eau_de_rose

Recette indienne du Lassi  la rose : mélanger du lait caillé avec quelques cuillères d’eau rose, fouettez et réservez une demi heure au frigérateur.

*Albert le Magnifique, de Daniel Blancou

**L’année dernière, scénario de Marc Lizano et dessin de Emmanuel Moynot

***Une femme simple et honnête, de Robert Goolrick

 

 
 

Le Monde d'Un Ecrivain |
Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir