Morganebib

lectures

 

Escapade 4 février, 2008

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 0:25

                                                         Dehors, la vie

 

 Lecturopathes de tous poils, vous connaissez ces nuits d’insomnie, ces week ends gâchés par un roman trépidant dont la composition douteuse n’est même pas spécifiée sur l’emballage. Mon dealer habituel n’a pas toutes les recettes, et je dois parfois traverser la ville en bus et m’engager dans des contrées inconnues pour trouver le trafiquant qui peut me procurer ma dose. Quoi ? Comment ça, déjà emprunté ? Une réservation ?! Mais vous ne comprenez pas, j’en ai besoin maintenant ! D’ailleurs mon quota de réservation est rempli, et la file d’attente est incalculable. J’erre dans les rayons, croisant des individus louches et probablement (comme moi) sans emploi puisqu’ils ne sont pas au boulot à une heure aussi avancée de la matinée. Je m’égare, m’emparant compulsivement des nouveautés et les fourant sous mon manteau pour les étudier à loisir dans un coin sombre, désepérant de trouver mon précieux. Je rôde près du chariot des retours et reviens sur mes pas. Finalement mon choix se porte sur une histoire littéraire, un mets délicat et rassasiant, mais rapidement éliminé par l’organisme.

Je sors et m’assois sur un banc. Le soleil carresse les pelouses, le trafic des voitures se fond dans le bruissement des feuilles d’érables. Le vent termine sa course près de mon oreille et dépose au creux de ma lèvre des effluves hivernales. Regarder au loin le ciel pur, lire avec les yeux la vie qui s’écoule.

Plus tard, dans le creux du duvet, laisser tomber l’ouvrage et dans l’obscurité, reconnaître que la vie s’écrit dans les pas que l’on creuse dans le sable, dans la boue et dans le crissement des graviers.

 

 

Assistant des bibliothèques 16 janvier, 2008

Classé dans : Chroniques de lecture — morganedoc @ 15:04

Assistant des bibliothèques 41DCxhAUi3L._AA240_

Titre : Assistant des bibliothèques

Auteur : Jérôme Brunet

Ce livre prépare au concours d’assistant des bibliothèques, et notamment à l’épreuve d’analyse de dossier.

Cet ouvrage a le mérite d’avoir un titre qui ne comporte aucune ambiguité, contrairement à l’ensemble de son contenu. Certains extraits touchent au génie en matière d’imprécision et de langue de bois. Je ne peux m’empêcher de reproduire ici, en toute légalité puisque j’exerce mon droit de citation, un extrait de l’oeuvre en question qui réunit à peu près tout l’esprit du livre.

Je dois dire qu’avant de lire ceci, je pensais vraiment savoir ce qu’était une analyse de dossier. Aujourd’hui, je ne suis plus sûre de rien.

« Finalement, l’analyse de dossier du concours d’assistant des bibliothèques rassemblent plusieurs logiques qui nous interdisent d’être ce point catégorique sur sa réelle nature. Toutefois, il semble raisonnable d’affirmer, au vu des dernières années, que cet exercice se situe à mi chemin entre une note de synthèse professionnelle et une dissertation technique ». In « Assistant des bibliothèques » de Jérôme Brunet, Vuibert concours, p. 112.

Remarquons l’extrême prudence avec laquelle l’auteur tente, d’une manière qui nous paraît presque douloureuse, de définir l’analyse de dossier. Le titre de cette partie s’intitule « L’esprit de la note de synthèse ». On peut supposer que l’auteur craint, pour lui et sa famille, les représailles de l’esprit vengeur revenu de l’au delà pour punir quiconque dirait du mal de lui.

Il est à noter que ce passage intervient après un paragraphe intitulé « Voilà ce que n’est pas l’analyse de dossier », suivi de « Voilà ce que pourrait être l’analyse de dossier ». Il est certain que l’analyse de dossier « pourrait » être beaucoup de choses, une spécialité culinaire picarde ou un cétacé. L’auteur ne se mouille pas beaucoup en utilisant le conditionnel. Il est également indiscutable que l’analyse de dossier « n’est pas » un plante carnivore ou une marque de chewing gum, mais « pourrait » l’être, dans l’absolu.

Nous touchons ici au sublime dans l’art de ne pas répondre une question, quand bien même le titre de l’ouvrage semble le promettre.

Inspirons nous de Jérôme Brunet dont nous nous rappelerons la prose avec bienveillance, quand, le jour du concours, nous devrons à notre tour faire semblant de répondre à une question dont nous n’avons pas la réponse.

 

123
 
 

Le Monde d'Un Ecrivain |
Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir