Morganebib

lectures

 

Mary Shelley : Shelley, Byron, Frankenstein et les autres 2 septembre, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 12:00

Mary Shelley : Shelley, Byron, Frankenstein et les autres dans C'est pas mal 9782841149230

Titre : Mary Shelley : Shelley, Byron, Krankenstein et les autres

Auteur : Paul Couturiau

Mary Shelley, auteur du mythique Frankenstein, n’a pas eu une vie de tout repos. A 17 ans, elle s’enfuit avec un homme marié qu’elle épousera au lendemain du suicide de l’épouse bafouée. Elle perdra 4 enfants sur 5 ainsi que son mari avant l’âge de 24 ans avant d’être traînée dans la boue par tous ses amis. Sympa ta vie.

 Paul Couturiau signe une biographie drôle et sarcastique mais non dénuée de parti pris. Il se veut ardent défenseur d’une femme trop souvent méconnue voire méprisée. Difficile, donc, de juger l’objectivité de cet auteur. On peine à se représenter une pauvre femme si modeste et affable, dont le génie incommensurable n’empêchera pas son extême gentillesse de la perdre. Faute de méchanceté, ce n’est pas, en tout cas, la culpabilité qui aura étouffé cette jeune femme de lettres baignant dans le courant gothique comme l’Ophélie d’Hamlet selon Millais.

 

 

La Déclaration 6 août, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 9:37

La Déclaration dans C'est pas mal 9782350211220

Titre : La Déclaration

Auteur : Gemma Malley

La Déclaration, c’est un document signé par ceux qui acceptent de suivre le traitement Longévité, qui permet la vie éternelle … et qui acceptent par la même occasion de ne jamais avoir d’enfants. Mais certains ne respectent pas ce contrat. Anna est une surplus : son existence même est illégale. Arrachée à ses parents à l’âge de deux ans, elle vit dans un foyer lugubre où elle apprend « Où est sa place » dans ce monde. Son destin sera de servir les « Légaux » pour se faire pardonner sa propre existence. Mais l’arrivée d’un nouveau pensionnaire va faire éclater l’endoctrinement qu’elle subit depuis toujours.

A mi-chemin entre « Uglies » pour l’anticipation et « Entre chien et loup » pour l’ambiance, « La Déclaration » est un bon roman SF ado qui ne déroge pas aux règles du genre (sauf que pour une fois ce n’est pas une série en X tomes, mais un roman unique). Il dénonce les dérives de la course à la jeunesse et la peur de la vieillesse et de la mort, mais aussi du gaspillage des énergies. Bref, pas très original, mais sympa.

 

 

Dans mon open space, tome 1 : Bussiness circus 31 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 9:01

Dans mon open space, tome 1 : Bussiness circus dans C'est pas mal DansMonOpenSpace1_15052008_222316

Titre : Dans mon open space, tome 1 : Bussiness circus

Auteur : James

Premier jour de stage pour Hubert au sein du siège social d’une entreprise de sous-vêtements … A travers plusieurs anecdotes du quotidien de la boîte, on rencontre les responsables des différents services et leur patron, tous des caricatures très actuelles du monde du travail.

Cette série de strips à l’humour fin et plutôt confidentiel fait franchement sourire. Les personnages (des animaux anthropomorphes, du gentil chien au rhinocéros) restent malgré tout humains, et attachants. ce n’est donc par une BD militante, mais plutôt complaisante et faussement innocente … James évoque tout de même l’exploitation d’enfants qui travaillent dans dans des usines à l’autre bout du monde, tout en rendant sympathique les personnages qui en sont responsables. Il serait pas un peu enfermé dans sa bulle occidentale, mon open space ?

AlbdansMonOpenSpace1_15052008_222316 dans C'est pas mal

 

 

 

Princesse aime princesse 30 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 8:34

Princesse aime princesse dans C'est pas mal princesse_aime_princesse

Titre : Princesse aime princesse

Auteur : Lisa Mandel

La Princesse Végétaline est malade et vit recluse dans une haute tour. Codette, elle, en est amoureuse et va tout faire pour la délivrer. mais Codette est en fait réfugiée du Watakou, et la mère de Végétaline n’est pas prête à laisser son bébé prendre son envol …

Cette histoire est un conte original et drôle, un peu barré parfois, légèrement psychédélique et très coloré. Vraiment sympathique, acidulé, avec des effets spéciaux et un monde enchanté, des problèmes de réfugiés politiques, d’intégration sociale et de concurrence dans le monde de la téléphonie mobile. Au final, tout cela se mélange assez bien.

 

 

Peur 29 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 9:03

Peur dans C'est pas mal COUV%20PEUR%20DEF

Titre : Peur

Auteur : Thierry Serfaty

Un homme se livre en pature à des fauves, une jeune femme saute d’un immeuble, une autre accélère et fonce sur un mur … Trois morts qui ne ressemblent pas à de banales suicides, surtout quand on apprend que chacun d’eux souffrait d’une phobie et que c’est cette peur qu’ils ont choisi d’affronter pour mourir. Les photos en témoignent : dans leur regard, ni peur, ni appréhension de la mort.  Le commissaire Erick Flamand, lui-même paralysé par la phobie des hauteurs, va devoir sonder les méandres du cerveau des phobiques pour arrêter l’hécatombe.

Malgré l’idée originale,  j’ai trouvé l’intrigue un peu lente et sans beaucoup de suspense. J’aurai apprécié un peu plus de détails scientifiques, et plus de dangers pour le commissaire et son équipe. Les personnages sont tout de même intéressants, je pense qu’on apprécie plus encore ce thriller si on a lu « La Nuit interdite »,  qui met en scène la même équipe, qu’on retrouvera sûrement bientôt car la fin de « Peur » appelle une suite.

 

Tagguée …

1 – Indiquer le nom de la personne avec un lien vers son blog
2 – Prendre le livre que l’on lit actuellement (ou que l’on préfère) en p 123
3 – Recopier le texte de la 5ème phrase et des 3 suivantes
4 – Indiquer année de parution, édition, titre et auteur du livre
5 – Choisir 4 autres blogueurs pour leur demander ce qu’ils lisent et ainsi de suite….

1 : Par Liza ! http://bibliza.over-blog.com/

3 : « Avant qu’il ne fasse totalement sombre, elle aida Tim à pousser un lourd buffet contre la porte d’entrée et un bahut derrière celle de la terrasse. Volets clos, fenêtres scellées par des planches clouées, Tim n’avait rien négligé. Il s’essuya le front en se laissant tomber sur le canapé ».

4 : CHATTAM, Maxime. La Théorie Gaïa. Albin Michel, 2008.

5 : http://addycyclette.free.fr/Dring/

http://mzellechaleeloo.canalblog.com/

beh j’ai pas assez d’amis blogueurs ! Bouh bouhb ouh … snif, laisse un com si comme moi, la plupart de tes amis ne savent pas ce qu’est un blog et que tu te sens isolé sur la toile !

 

 

Ces petites choses 18 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 12:06

Ces petites choses dans C'est pas mal CES-PETITES-CHOSES 

Titre : Ces petites choses

Auteur : Deborah Moggach

Voilà un livre que j’ai lu dans le cadre d’une opération de promotion du Livre de poche. Merci Liza de m’avoir parainée !

Délocaliser les vieillards ! C’est l’idée lumineuse qui va sauver le docteur Ravi Kapoor, un médecin londonien épuisé par son travail quotidien et surtout par les soucis que lui cause on insupportable beau-père, Norman Purse, un vieux satrape aux révoltantes manies, combinant avec un rare bonheur l’égoïsme, le sans-gêne et l’obsession sexuelle sénile. Déjà expulsé de toutes les maisons de retraite convenables, Norman semblait impossible à recaser. C’est alors qu’un cousin de Ravi, un homme d’affaires au dynamisme sans bornes, va créer en Inde une chaîne de maisons de retraite très ‘Vieille Angleterre’, où les Britanniques d’âge avancé, déconcertés et parfois même affolés par les conditions de vie nouvelles de leur pays natal, pourront retrouver, au soleil et dans la paix, les moeurs et l’atmosphère de leur jeunesse évanouie. (Résumé éditeur)

Et voici la critique que j’ai envoyée aux éditions du Livre de poche …

Dans « Ces petites choses », Deborah Moggach nous présente tour à tour une série de personnages sensibles et attachants. Chacun semble dans l’impasse d’une vie qui ne trouve pas son but, et tous convergent lentement vers une inattendue terre d’accueil : l’Inde. Deux générations ne se comprennent pas toujours : les personnes âgées qui tentent vainement d’affronter avec sérénité leurs derniers jours, et leurs enfants, quinquagénaires, qui entrent difficilement dans l’âge d’or. Les premiers ne trouvent plus leur place dans une société britannique en pleine évolution qui ne leur promet qu’une fin anonyme dans l’indifférence des maisons de retraites. Le temps presse et l’ultime recours se présente sous la forme d’une pension indienne pour personnes âgées.

S’engage alors une valse lente autour des souvenirs oubliés et retrouvés, comme une musique s’adaptant au rythme de chacun. Les personnages se retrouvent pris dans ce lent mouvement où le temps s’écoule différemment. Si la mort plane toujours au-dessus des personnages, c’est pour encourager les révélations et les vieux rêves jamais réalisés. L’humour britannique, tendre et subtil, parsème cette quête d’étincelles de sourire. C’est dans cette Inde pourtant si lointaine et si exotique que Evelyn, Norman, Madge, Dorothy et les autres retrouvent leurs souvenirs de jeunesse. A leur image, sous la plume de Deborah Moggach, l’Inde conserve le souvenir de l’Angleterre coloniale traditionaliste qui a été balayée par la modernité. Pour cette raison, l’Inde devient familière, l’hôtel devient une bulle où le temps et son échéance fatale n’ont plus lieu d’être.

« Ces petites choses » sont ces instants où la vie prend le dessus dans une embrassade tant attendue, le retour soudain d’un souvenir ou une décision libératrice. A ce moment, la vie prend un sens.

 

 

Ados sous contrôle 3 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 8:57

Ados sous contrôle dans C'est pas mal ados_sous_controle_200_YOZONE

Titre : Ados sous contrôle

Auteur : Johan Eliott

Dans le futur … Lou est une ado rebelle : elle fait le mur, est insolente, fume du cannabis … Ses parents, dépassés, l’envoient dans un camp de rééducation plus que suspect. Après un enlèvement musclé sous les yeux de ses géniteurs, elle découvre que le camp est en fait prétexte à des expériences dangereuses et à des étranges manipulations.

 

Je dois dire que je suis un peu déçue (désolé Etienne !) par ce livre. Au début, Lou est constamment en danger et tente de s’enfuir, le suspense est à son comble. Mais par la suite le il retombe et le récit se transforme en une enquête classique. On tremble moins pour l’héroïne. Il me semble que ce livre conviendrait plus à des pré-adosqu’à des jeunes de 15 ans. Par contre, l’auteur fait explicitement référence au Rapport Benisti sur la prévention de la délinquance paru en 2005, ainsi qu’aux débats autour de ces fameux camps de rééducation américains qui sont connus pour maltraitance et soupçonnés d’être impliqués dans la mort d’un adolescent. Il faut donc lire ce roman comme une anticipation qui nous permet de prendre conscience des dérives sécuritaires américaines et françaises. Quelques débats hautement d’actualité …

 

 

Où le regard ne porte pas 2 juillet, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 11:50

Où le regard ne porte pas dans C'est pas mal 306211752_small   2205050982 dans C'est pas mal

Titre : Où le regard ne porte pas, tomes 1 et 2

Scénario : Georges Abolin

Dessin : Olivier Pont

Tome 1 : 1902. Profitant d’un héritage, Willie et ses parents quittent Londres pour une petite bicoque dans un village sicilien et se lancent dans la pêche intensive. De son côté, Willie se lie d’amitié avec Lisa et deux autres garçons. Etrangement, ils sont tous nés le même jour, et, à la nuit tombée, ils se réunissent et partagent d’étranges visions. Mais les habitants du village voient la nouvelle concurrence d’un mauvais oeil.

Tome 2 : 20 ans plus tard, les 4 amis se retrouvent.

Une histoire fascinante, des personnages ébauchés avec beaucoup de finesse, un titre envoûtant, un dessin de couverture minimaliste aux couleurs vives … Tout pour me plaire. Quel dommage que le tome 2 soit aussi décevant ! On quitte l’intimité lassive de la Sicile, son soleil et ses fortes personnalités pour un trip à la Indiana Jones, irrationnel et mal construit. On sort un peu frustré de cette lecture, avec l’impression d’être passé à côté d’une formidable histoire.

 

 

Celui qui n’aimait pas lire 15 mai, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 6:50

Celui qui n'aimait pas lire dans C'est pas mal celui_qui_n_aimait_pas_lire

Titre : Celui qui n’aimait pas lire

Auteur : Mikaël Ollivier

Mikaël Ollivier, aujourd’hui auteur jeunesse reconnu, nous raconte son adolescence et son rapport difficile à la lecture. L’incompréhension des adultes le pousse à fuir l’école, jusqu’à découvrir une autre manière de raconter des histoires : le cinéma. Il met le doigt sur les travers de l’éducation qui contribuent à étouffer les passions dans l’oeuf au profit du seul savoir.

Un texte personnel et sensible. Mikaël Ollivier restitue avec justesse la souffrance de celui qui n’a pas accès à la lecture. Je ne suis pas fan du style poético-gnangnan qui gâche un peu le plaisir mais c’est souvent la marque de la sincérité. L’auteur décrit précisément le genre de scène que je m’attendais à trouver dans « Chagrin d’école » de Daniel Pennac (Prix Renaudot 2007, comme quoi quand on veut récompenser la littérature populaire faut pas forcément miser que sur la collection blanche de Gallimard).

PS : Allez donc faire un tour par là … Un moyen de recevoir des dizaines de livres gratuits ! Je cherche des personnes à parrainer, donc faîtes vous connaître ici si ça vous intéresse !

 

 

Blacksad 27 avril, 2008

Classé dans : C'est pas mal — morganedoc @ 22:44

Blacksad dans C'est pas mal Blacksad_1_action 

Blacksad
1. Quelque part entre les ombres
400×530 pixels »>
 Blacksad
2. Arctic-Nation
400×530 pixels »>
 Blacksad
3. Âme Rouge
400×528 pixels »>

Titre : Blacksad, tome 1 : Quelque part entre les ombres, tome 2 : Arctic-nation, tome 3 : Ame rouge

Scénario : Juan Diaz Canales

Dessin : Juanjo Guarnido

Par un moche matin couleur sépia, Blacksad, détective privé de son état – ou  »fouille-merde » selon certains – est appelé par le flic Smirnov pour reconnaître un cadavre. Il reconnaît : c’est Natalia Wilford, une actrice avec qui il a vécu jadis la plus heureuse époque de sa vie. En bon flic, Smirnov lui conseille de garder le museau hors de cette affaire. En bon fouille-merde, Blacksad ne suit pas ce conseil avisé : un salaud a tué une femme et, par la même occasion, ses meilleurs souvenirs. Il va payer. (bedetheque.com)

Graphisme étonnant et réussi. Les personnages sont des animaux humanisés (anthropomorphisme) et le choix de l’animal nous renseigne sur le caractère, la psychologie et le rôle du personnage. Au delà de ça, les scénarios sont classiques et manquent parfois de souffle. On s’ennuirai presque si on ne pouvait pas admirer les saisissantes expressions félines de Blacksad et du reste du bestiaire de Guarnido.

 

123
 
 

Le Monde d'Un Ecrivain |
Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir