Morganebib

lectures

 

Trudi la naine 12 mars, 2010

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 19:52

Trudi la naine dans C'est un coup de coeur 9782253129431-G

Titre : Trudi la naine

Auteur :Ursula Hegi

Voilà un livre que je n’aurai jamais du lire. Si je l’avais vu en librairie j’aurai pensé à peu près ceci : encore une biographie voyeuriste d’une pauvre femme qui a du subir l’intolérance et la bêtise des hommes et dont l’histoire est le prétexte à un roman simpliste et niais, l’occasion pour toute une génération de lectrices frustrées de se lamenter en frissonnant sur la cruauté de l’espèce humaine et buvant du thé et en mangeant des muffins.

 

Oui je sais je suis dure.

 

Et en plus je me trompais.

 

D’abord les muffins c’était la semaine dernière. Ensuite, il ne s’agit pas d’un roman voyeuriste, Trudi n’a même pas existé.

 

Le nanisme de Trudi, enfant puis adolescente enragée d’être différente, est rapidement relégué à l’arrière plan au fur et à mesure que le lecteur découvre l’ampleur et la vivacité de son esprit, de son intelligence, de sa colère. A la fois pudique et poétique, très descriptive, l’écriture de Hegi est à la hauteur de son personnage : puissante et touchante.

 

Une fois mise en place une galerie de personnages authentiques, liés ensemble par des drames intimes et des tragédies familiales balayés par le temps mais fondateurs, tout ce petit monde va se retrouver transformé par l’Histoire.

 

Tout y est : la lente montée du nazisme, Hitler, les promesses, les doutes, les premiers soupçons, l’antisémitisme qui devient la norme, la peur de désobéir, de sortir du rang, la peur pour ses amis, sa famille … Du piaillement des femmes du village, des ragots colportés par Trudi, la conteuse d’histoire, des histoires gaies ou infiniment tristes des petites vies intenses des habitants, on passe doucement au silence assourdissant jusqu’à l’insupportable qui emprisonne les allemands, piégés par leur propre peur. Chaque personnage devient un héros ou un bourreau, les désaccords de la veille se solde par des trahisons brutales, jusque dans les familles, et les parents serviables deviennent des héros au péril de leur vie.

 

Quel dommage que le titre mette tellement en avant la particularité physique de la narratrice, parce qu’elle est loin d’en être le sujet principale. Au premier plan, c’est l’Allemagne de l’entre deux guerres et la fin d’un monde. Elle prend vie grâce au travail colossal d’historienne de l’auteur, et bien sûr, grâce à sa sensibilité pour ses personnages : Trudi, courageuse, coquette, blessée et orgueilleuse mais bien plus aimée qu’elle ne le croit, son père boîteux aux yeux si bleus et au coeur éternellement amoureux, et tous leurs voisins, tous terriblement humains, qu’on aime à a folie, avec lesquels on vit, pour lesquels on retient son souffle, et qui sont comme une famille pour laquelle me sont venues les larmes aux yeux dans les dernières pages.

 

 

 

 

La Nostalgie de Dieu 13 janvier, 2010

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 17:00

La Nostalgie de Dieu dans C'est un coup de coeur 9782356340146

 

J’avais déjà évoqué mon « marathon BD », c’est le moment d’en dire un peu plus.

Ma bibliothèque est partenaire de l’association « On a marché sur la bulle » qui organise tous les ans un Prix du meilleur Premier Album, décerné par des élèves picards.

Cette année, nous aussi nous voulons élire notre « coup de coeur » de la sélection. Dans son délire, l’heureux gagnant verra sa félicité couronnée par, oh joie, un marque page « coup de coeur » à son nom, ce qui est pour nous la distinction ultime, notre légion d’honneur, celle après laquelle on peut mourrir satisfait et qui assure une pérennité infaillible pour des siècles et des siècles, puisqu’ici, en bonne bibliothèque patrimoniale qui se respecte, on ne jette rien, surtout par un marque page.

J’ajoute, avant de parler de mon premier coup de coeur, que ce que j’écris ici n’engage que moi et que je ne représente ni ma bibliothèque ni l’association.

Titre : La nostalgie de Dieu

Auteur : Marc Dubuisson

Sous forme de mini dialogues, un candidat au suicide parle avec Dieu … Et se rend compte qu’il n’a pas à faire un bienveillant papi, mais plutôt à un créateur désabusé et sans scrupules, cynique et las de s’occuper des petits problèmes des humains …  

La Nostalgie de Dieu est une vraie pépite. Chaque case est un bijou d’humour. Le thème de Dieu permet d’évoquer tous les sujets puisqu’il est, évidemment, universel. Ce qui me frappe c’est la cohérence entre le dessin et le propos : le manichéisme du noir et blanc opposé à toute cette remise en question impertinente et très drôle de la religion donne une bande dessinée cohérente, loin de la timidité d’une première publication.

9782356340146_1 dans C'est un coup de coeur

 nostalgie24

 

 

 

A quand les bonnes nouvelles ? 16 décembre, 2009

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 16:55

A quand les bonnes nouvelles ? dans C'est un coup de coeur 1041093-gf

Titre : A quand les bonnes nouvelles ?

Auteur : Kate Atkinson

A six ans, Johanna Mason est la seule survivante du massacre de sa famille. Des années plus tard, Reggie travaille comme nounou chez le Dr Hunter, qui disparaît mystérieusement. L’ancien flic Jackson Brodie se trouve par erreur dans un train qui déraille et perd son identité. Louise, inspecteur chef, est à la recherche de David Needler et fait décidément tout pour saboter son mariage.

Il n’y a que Kate Atkinson pour réunir ces personnages si attachants dans le même livre et broder autour d’eux un suspense à couper au couteau, et raconter des histoires d’horreur avec l’humour dévastateur qu’on lui connaît. Reggie la gamine craquante illumine le roman de son intelligence vive ; Louise et Jackson peinent derrière elle en traînant leurs gueules cassés d’adulte en mal d’amour et Johanna Hunter devient peu à peu l’un des personnages les plus solides et les plus intéressants de l’oeuvre de Kate Atkinson, la plus intelligente des auteurs de polar contemporain.

 

 

Et que le vaste monde poursuive sa course folle 15 septembre, 2009

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 12:55

Et que le vaste monde poursuive sa course folle dans C'est un coup de coeur 9782714445063FS

Titre : Et que le vaste monde poursuive sa course folle

Auteur : Colum McCann

7 août 1974. Sur une corde tendue entre les Twin Towers s’élance un funambule. Un événement extraordinaire dans la vie de personnes ordinaires. Corrigan, un prêtre irlandais, cherche Dieu au milieu des prostituées, des vieux, des miséreux du Bronx ; dans un luxueux appartement de Park Avenue, des mères de soldats disparus au Vietnam se réunissent pour partager leur douleur et découvrent qu’il y a entre elles des barrières que la mort même ne peut surmonter ; dans une prison new-yorkaise, Tillie, une prostituée épuisée, crie son désespoir de n’avoir su protéger sa fille et ses petits-enfants… (copié de bibliosurf.com).

Ce roman polyphonique est un très belle surprise, construit autour d’une photographie qui est reproduite à l’intérieur du livre. Des personnages errants qui se répondent sans se perdre, l’âme des Etats Unis, l’immigration, Dieu, l’émancipation des noirs … Tous ces thèmes se rencontrent au-dessus du vide, dans un instant fugace, unique. En lisant « Et que le vaste monde poursuive sa course folle » j’ai pensé, inévitablement, à Jonathan Safran Foer et son « Extrêmement fort et incroyablement près » : même originalité dans le titre, même description tentaculesque de New-York, même « écriture pyrotechnique » (c’est pas de moi mais me demandez pas où j’ai entendu ça, en tout cas c’était à propos de Safran Foer) et surtout, même sujet photographié : l’espace entre les deux tours du World Trade Center, autrement dit le vide au milieu du béton, l’inévitable vacuité et le non-sens qui coexistent avec les buildings au coeur même de Manhattan, cité de la puissance économique. Bien sûr ce n’est pas tout à fait la même époque mais qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas l’Amérique d’Armistead Maupin mais bien de celle de l’après 11 septembre dont il est question.

 

 

Voyage dans le passé 10 février, 2009

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 21:44

Voyage dans le passé dans C'est un coup de coeur 9782246748212FS

Titre : Voyage dans le passé

Auteur : Stefan Zweig

Un homme et une femme tombent amoureux. La vie les sépare, la guerre éclate. Ils se retrouvent des années plus tard et constatent qu’ils ne sont plus les mêmes.

L’élégance de Fitzgerald, la finesse de Maupassant, le regard proustien sur l’oeuvre du temps et zolien sur l’âme humaine, l’oeil vif et le poil brillant, bref, ça fait du bien de lire un auteur mort. Sans faille et sans reproche, la perfection de la construction narrative et la complexité sans ostentation des personnages m’ont permis d’arriver enfin à bout d’un roman. Je dois dire que depuis quelques jours, je ne tombe que sur des romans hystériques, psychédéliques, agressifs, et j’avais envie de calme. Comme il est reposant, comme il est pas dérangeant ! L’écriture fluide, presque fluviale, m’a fait voyager en péniche au fil de Zweig.

 

 

Les Ames vagabondes 18 janvier, 2009

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 15:53

Les Ames vagabondes dans C'est un coup de coeur 9782709630269-T

Titre : Les Ames vagabondes

Auteur : Stephenie Meyer

L’espèce humaine l’a bien cherché : à force d’être cruelle et violente, elle a été neutralisée par des envahisseurs pacifiques, des « âmes » qui prennent le contrôle des corps de l’espèce. Mais un groupe de rebelles pose problème à ces hôtes bien pensants. Vagabonde, une âme particulièrement expérimentée, est introduite dans le corps d’une jeune fille rebelle et tente de percer, dans ses souvenirs, les secrets qui permettront de mettre la main sur les fugitifs. Mais est ce vraiment la volonté de Vagabonde de nuire à ces gens ?

Un très bon roman de science fiction, ça faisait un bail ! Les fans de Fascination apprécieront les dialogues et les relations entre personnages, les fans de SF apprécieront la profusion de bonnes idées et la construction parfaite du roman. Stephenie Meyer a décidément beaucoup de talent.

 

 

La malédiction du chat hongrois 13 décembre, 2008

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 12:17

La malédiction du chat hongrois dans C'est un coup de coeur 9782351760505FS

Titre : La malédiction du chat hongrois

Auteur : Irvin D. Yalom

Plusieurs nouvelles, entre vérité et fiction, nous parlent du lien unique cher à l’auteur qui unit les psy et leurs patientes.

Comme toujours je suis sous le charme de cette écriture modeste et magique, qui m’apprend tant sur les êtres et sur moi-même. Qui ne rêve pas d’avoir un psy comme Irvin D. Yalom ? C’est aussi un plaisir de voir le professionnel de l’âme humaine glisser peu à peu dans la peau de l’écrivain, jusqu’à la dernière nouvelle qui relève du fantastique et de l’onirique. C’est vraiment mon auteur coup de coeur cette année ! Une très belle découverte.

 

 

Où on va papa ? 22 novembre, 2008

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 15:14

Où on va papa ? dans C'est un coup de coeur 9782234061170FS

Titre : Où on va papa ?

Auteur : Jean-Louis Fournier

Jean-Louis Fournier est le moins verni des papas. Il a deux fils handicapés lourdement, physiquement et mentalement. Cet humoriste et réalisateur TV n’a jamais parlé de ses enfants. C’était pour mieux le faire plus tard, maintenant que l’un est au ciel et que l’autre est définitivement plongé dans un monde auquel nous n’avons pas accès.

Y’a des livres comme ça qui valent le coup de s’intéresser un tant soit peu à la rentrée littéraire. Du talent, Jean-Louis en a assez pour réussir à faire sourire sur un sujet aussi grave. Ces petites scènes lumineuses de vie quotidienne ont toutes quelque chose à nous apprendre, ou une leçon à nous donner. Ce qui surprend le plus, c’est le recul nécessaire qu’il aura fallu à l’auteur pour écrire un roman aussi bien construit, si juste dans le ton, si travaillé qu’il en est sincère et qu’il parle à chacun. Ce témoignage semble nous appeler et avoir besoin de notre écoute attentive, que l’on accorde avec la facilité que permet l’humilité de l’auteur. Hum hum, vous avez dit humilité ? Bah oui, c’est ce qui semble manquer aujourd’hui à certains pontes de la rentrée littéraire. A mon humble avis.

 

 

Une histoire de tout, ou presque … 17 novembre, 2008

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 17:39

Une histoire de tout, ou presque ... dans C'est un coup de coeur 9782228902182FS

Titre : Une histoire de tout, ou presque …

Auteur : Bill Bryson

Bill Bryson sait presque tout, et il aime bien en parler. De la création de l’univers à la découverte des premiers hominidés en passant par le fonds des océans, Newton, l’infiniment petit, Marie Curie, le climat, les volcans, Einstein et un certains nombres de scientifiques originaux et attachants, il fait le point sur ce qu’on sait. Et surtout sur ce qu’on ne sait pas encore.

Ce pavé est un vrai voyage à travers la connaissance. Avec beaucoup d’humour, de simplicité et de clarté, Bill Bryon m’a enfin fait comprendre le principe même de la chimie. Bien sûr, je ne retiendrai peut-être que 10 % (et encore) de ce que j’ai lu, mais il n’y a pas un chapitre qui m’ait barbé ou que j’ai été tentée de sauter discrètement. Pour quiconque éprouvant une vague curiosité pour un domaine relevant de la science, ce livre est une occasion de s’ouvrir à de très nombreux sujets. L’idée maîtresse que je retiens : on ne sait rien, dfinitivement. La sacro-sainte tectonique des plaques ? Elle est remise en question. L’âge de l’univers ? Inconnu. La composition de la Terre ? Un mystère. La différence entre homo sapiens et neanderthalis ? On n’en sait rien. Le nombre d’espèce sous-marine connues ? A peine 10%. Ce livre remet un certain nombre de chose à leur place, et se termine en beauté sur l’action de l’homme sur la nature : il nous a fallu 70 petites années pour anéantir l’espèce des dodos, et je vous parle pas des autres. En tout cas, voilà un tour de force dans le domaine de la vulgarisation scientifique.

 

 

Apprendre à mourir : la méthode Schopenhauer 5 novembre, 2008

Classé dans : C'est un coup de coeur — morganedoc @ 11:29

Apprendre à mourir : la méthode Schopenhauer dans C'est un coup de coeur 9782351760000FS

Titre : Apprendre à mourir : la méthode Schopenhauer

Auteur : Irvin Yalom

Julius a encore la pêche à 65 ans. Psychiatre, il s’épanouit dans son métier et au sein de la psychothérapie de groupe dont il est responsable. Autant dire qu’il prend comme un coup de massue l’annonce de son médecin : il a un cancer et il lui reste au mieux une année de bonne santé. Julius cherche en vain du réconfort dans les paroles qu’il a lui-même proférées à ses patients. En se retournant vers son passé, il tombe sur le cas de Philip Slate, l’un des échecs de sa carrière. Il se décide à reprende contact avec lui et apprend l’impensable : Philip est devenu … psychiatre. Il est arrogant, détestable et assure que Schopenhauer l’a guéri de tout.

C’est un vrai plaisir de lire Irvin Yalom. Ses titres énigmatiques et plombés ont du rebuter plus d’un client de librairie, quel dommage ! L’écriture est fluide et Irvin Yalom possède une rare maîtrise du suspense et de l’intrigue. Jamais la lecture n’est fastidieuse. Ce livre met en place des personnages qui prennent toute leur importance et leur intérêt dans les rapports qu’il entetiennent les uns avec les autres. Pas de révélation sur le sens de la vie dans ce roman, mais quelques leçons d’humilité sur l’instant présent et une invitation à ne plus craindre ses propres émotions. Enfin, parce que faut pas déconner, on apprend pas mal de choses sur la vie de Schopenhauer. Si on n’est pas intéressé, on peut aussi sauter un chapitre sur trois.

 

123
 
 

Le Monde d'Un Ecrivain |
Le Chant de l'Ange Noir |
Sang pour sang moi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE BLOG DE BEST SELLER ...
| JETBOOKS Critiques de livre...
| Le Calice Noir